IETM, International network for contemporary performing arts, will host its Plenary Meeting in Brussels, Belgium 23 November 2017 to 26 November 2017, with a particular focus on the position of the arts in the age of populism. Populism may be considered as an ideology, a movement, or simply a style. Some may perceive it as a weapon against democracy, because it shrinks the space for plurality; some may view it as democracy's last vessel of hope, because it brings politics closer to the people. This series of articles explores how the Belgian arts sector confronts this complex phenomenon.—Elena Polivtseva, Nan van Houte, Anna Scholiers

Éric Fassin is a sociologist and professor of political science at the Université Paris VIII. His research focuses on contemporary sexual and racial politics and their intersections (particularly with regard to immigration issues in Europe) from a comparative perspective. He is the author of Gauche: l’avenir d’une désillusion (2014) (The Left: The Future of Disillusion) and Démocratie précaire: Chroniques de la déraison (2012) (Precarious Democracy: Chronicles of Foolishness) and has contributed to Roms et Riverains. Une politique municipale de la race (2014) (Roma and Locals. Municipal Politics on Race)

In his book Populisme: le grand ressentiment (Populism: The Great Resentment), Éric Fassin takes a critical look at left-wing populism. He argues that there’s just one step from political representation to artistic and theatrical representation. I met Eric after his lecture/debate at UPJB (Union of Progressive Jews) in Brussels last September. He is putting his faith in the audience’s intelligence.

Sylvia Botella: According to your book Populisme: le grand ressentiment, what is populism?

Éric Fassin: What interests me is not coming up with a sort of universal definition of populism that applies equally to Russia and the United States in the twenty-first century, Latin America in the twentieth century, or France and Spain today. I don’t want to start with an essence of populism and then specify variations. I prefer using it in its adjectival form and talking about a populist strategy. My starting point is that for a long time in France and elsewhere, this derogatory word was only used to describe the far right. Then it was used to discredit left-wing critics of neoliberal Europe. But for a few years now, there’s been a populist strategy asserted by the left, whether it’s France Insoumise or Podemos, referring to Chantal Mouffe or Ernesto Laclau. So my question is, “Is left-wing populism an effective political strategy?” My answer to this is: “No.” And that’s what I’m trying to show.

Sylvia: In this era of populism, what ideas should we have in theatre about the issue of representation and the democratization of access to culture?

Éric: Talking about populism is talking about politics, and even more precisely about electoral politics. So I’ll be careful when I’m talking about culture! I’m interested in the question of representation in all senses of the word: political representation of course, but also artistic representation and even theatrical representation. Beyond playing with words, I think it’s important that a set of public discourses contributes to defining representations of the world: politics, art, literature, and theatre, as well as sociology or law. Representing the world involves devoting yourself to fixing a representation of it. That’s why representation is a political challenge—indeed a political challenge par excellence.

Populism aims to represent the people. That can function on two levels: reflecting it on the one hand and creating it on the other. With the former, we assume that the people exist before a representation of them is made. With the latter, we want to make it exist. This second concept is performative; we understand that it is close to the performance. The link with theatre and the other performing arts depends perhaps on how we should understand what an audience is. Like the people, we can consider that it existed before the representation or conversely that we made it come about. It’s between these two positions that a policy towards the audience is made, just as a policy towards the people is made. Are we on stage to reflect an audience or create it? That allows a shift to be made in the question of cultural elitism.

It’s a fact that not everyone goes to the theatre. There are cultural differences that are partly class differences. But we know very well today that there are also racialized differences. The color of the audience is not representative of the colors in society. So we’re right to question ourselves on the distance between those who come and those who don’t, which goes back to a social hierarchy. The question of elitism is therefore a legitimate one—necessary even. Yet beyond acknowledging it, it’s important to wonder about the response to this problem. It’s obviously not about giving people what they expect in the hope of attracting them. In reality, people are not necessarily asking for something. It’s important to create a demand. In other words, we can endeavor to build an audience by offering representations that reflect all people. That’s where the analogy can be found between the people and the audience.

man standing in traditional South African garb
Exhibit B by Brett Bailey. Photo by Koen Cobbaert.

Sylvia: So the issue of the audience comes from issues of representation. How does the sociologist see it?

Éric: Indeed, the issue of the audience is not external to the content of the performances: the person being addressed is part of the show, of the performance. Let me explain. I’m thinking of the controversy around Exhibit B by Brett Bailey (which premiered at the Kunstenfestivaldesarts in Brussels in 2012). I intervened twice. Once after seeing this installation or performance at the Festival d’Avignon in 2013. Like many in the audience, I was deeply distressed not just by the spectacle of racist cruelty, but by the black actors looking out at the white spectators. I wrote a piece for Libération called “La race, ça nous regarde” (“Race concerns us all”), playing on the double meaning of race watching us and concerning us. My argument was that the audience in this creation about race found that they were “white”; it was something they could no longer ignore.

The following year Exhibit B came to Seine-Saint-Denis. The difference from Avignon was that the audience in Seine-Saint-Denis was not uniformly white. There was a huge controversy around the show, with a mobilization against the racism in this “exhibition” by primarily Black people. Many cultural authorities defended the work: “Brett Bailey is antiracist; how can you judge a show you haven’t seen?” In other words: “You understand nothing about culture!” However, many of the Black demonstrators were also creative and cultural producers, but still felt themselves to be marginalized. The incomprehension encountered during the controversy intensified this feeling of exclusion.

So I intervened a second time by writing an article in Le Monde to analyze how the controversy changed the performance. Because remarkably the device set up by Exhibit B includes the audience. They are part of the materials that made up these tableaux vivants. So the issue of the audience was not external to the work. It’s legitimate that the audience who takes part in the installation intervenes and asks for an explanation of the role assigned to them. “Art concerns me too!” These political issues (here, elitism) are not external to the art form, they’re part of it. We shouldn’t think that the audience is external to the art form, otherwise they remain outside it.

The question of the audience concerns me as well when I intervene as a sociologist. I’m not looking to tell people what they already think. I’m trying to shift the questions, ask them in a different way than how they’re currently being asked. My work as a sociologist therefore consists of suggesting representations that aren’t already installed, established, or fixed. Saying something a little different is not about speaking to an audience that has already been created; it’s about wanting to introduce a slightly different questioning. A different way of looking, of representing things. But that means that the audience is associated with my reflection. Their incomprehension and disagreement are part of what I’m trying to include in my thinking just as much as their approval and complicity.

This is true for sociology, the performing arts, and politics: it’s about getting people to see the world in a way that allows them to understand what they’re being told, to enter into this way of seeing things, to share this representation. Our governments tend to believe that you have to do market surveys, which we call opinion polls, so that they can then respond to what the “customers” want. Democratic politics and democratic art as well seem to me to fall within an inverse logic. It’s about creating what isn’t there yet: a new audience constituted by a political or artistic representation. Hence the importance for me of gambling on the audience’s intelligence. People are capable of understanding what I’m telling them. They’re not idiots and they shouldn’t be considered as such. There’s a demand for intelligence, which is the complete opposite of the gamble being taken by television, for example, who believe that people don’t want to think.

Translated by Claire Tarring.

***

IETM, réseau international des arts du spectacle contemporains, organisera sa réunion plénière à Bruxelles, du 23 au 26 novembre 2017, l’accent sera mis sur la position de l’arts à l’époque du populisme. Le populisme est considéré comme une idéologie, un mouvement ou simplement un style. Il est perçu par certains comme une arme contre la démocratie, car il rétrécit l’espace réservé à la pluralité et par d’autres comme le dernier espoir de la démocratie, car il rapproche les politiciens du peuple. Cette série d’articles explorent comment le secteur d’arts belge confronte ce phénomène complexe.—Elena Polivtseva, Nan van Houte, Anna Scholiers

Éric Fassin est sociologue et professeur en sciences politiques à l’université Paris VIII. Sa recherche porte sur les politiques liées à la sexualité et les minorités ethniques et l'intersectionalité de ces dernières dans une perspective comparative (en particulier en lien avec les problématiques d'immigration en Europe). Il est l’auteur notamment de Gauche : l’avenir d’une désillusion (2014) ; Démocratie précaire : Chroniques de la déraison (2012) et a participé à l’ouvrage collectif Roms et Riverains. Une politique municipale de la race (2014).

Dans son ouvrage « Populisme : le grand ressentiment », Éric Fassin pose un regard critique sur le populisme de gauche. De la représentation politique aux représentations artistiques, et à la représentation théâtrale, il n’y a qu’un pas. Nous avons rencontré Éric après sa conférence/débat à l’UPJB (Union des Progressistes Juifs de Belgique) à Bruxelles en septembre dernier. Il fait le pari de l’intelligence.

Sylvia Botella : Au regard de votre ouvrage « Populisme : le grand ressentiment », qu’est-ce que le populisme ?

Éric Fassin : Ce qui m’intéresse, ce n’est pas de poser une sorte de définition universelle du populisme qui serait valable aussi bien pour la Russie et les États-Unis du XIXe siècle que pour l’Amérique latine au XXe siècle ou la France et l’Espagne d’aujourd’hui. Je ne pars pas d’une essence du populisme, dont il s’agirait de préciser les variantes. Je préfère utiliser l’adjectif pour parler de stratégie populiste. Mon point de départ est le suivant : pendant longtemps, en France et ailleurs, ce mot péjoratif a servi uniquement à qualifier l’extrême droite ; ensuite, il a été utilisé pour disqualifier des critiques de gauche de l’Europe néolibérale. Mais depuis quelques années, il y a une stratégie populiste revendiquée à gauche : qu’il s’agisse de la France Insoumise ou Podemos, se référant à Chantal Mouffe et Ernesto Laclau. Ma question est donc : « est-ce que le populisme de gauche est une bonne stratégie politique » ? Et ma réponse est : « non ». Et j’essaie de le démontrer.

Sylvia Botella : Comment peut-on penser au théâtre la question de la représentation et celle de la démocratisation de l’accès à la culture à l’ère des populismes ?

Éric : Parler de populisme, c’est parler de politique, et même plus précisément de politique électorale. Je parlerai donc de culture avec prudence ! Je m’intéresse à la question de la représentation dans tous les sens du terme : la représentation politique, bien sûr, mais aussi les représentations artistiques, et encore la représentation théâtrale. Au-delà du jeu de mots, je m’attache au fait qu’un ensemble de discours publics contribuent à définir des représentations du monde : la politique, l’art, la littérature et le théâtre, mais aussi la sociologie ou le droit. Représenter le monde, c’est s’employer à en imposer une représentation. C’est pourquoi la représentation est un enjeu politique – voire l’enjeu politique par excellence.

Le populisme vise à représenter le peuple. Cela peut fonctionner en un double sens : d’un côté, le refléter ; de l’autre, le construire. Dans le premier cas, on suppose qu’il existe un peuple préalable à sa représentation. Dans le second, on veut le faire exister. Cette deuxième conception est performative ; on comprend qu’elle se rapproche de la performance. Le lien avec le théâtre, et les autres arts de la scène, se joue peut-être là : comment comprendre ce qu’est un public ? Comme le peuple, on peut considérer qu’il préexiste à la représentation ou bien au contraire qu’on le fait advenir. C’est entre ces deux positions que se joue une politique du public, comme se joue une politique du peuple. Est-ce qu’on est sur scène pour refléter un public, ou le constituer ? Cela permet de déplacer la question de l’élitisme culturel.

C’est un fait : tout le monde ne va pas au spectacle. Il y a des différences culturelles, qui sont pour une part des différences de classe. Mais nous savons bien aujourd’hui que ce sont aussi des différences racialisées. La couleur du public n’est pas représentative des couleurs de la société. On a donc raison de s’interroger sur l’écart entre les présents et les absents, qui renvoie à une hiérarchie sociale. La question de l’élitisme est donc légitime – et même nécessaire. Toutefois, au-delà du constat, il importe de s’interroger sur la réponse apportée à ce problème. Il ne s’agit pas forcément de donner aux gens ce qu’ils attendent, dans l’espoir de les attirer. En réalité, les gens ne demandent pas forcément quelque chose. Il faut créer une demande, autrement dit, on peut s’attacher à constituer un public, en lui proposant des représentations qui reflètent tout le monde. C’est là que se joue l’analogie entre peuple et public.

Sylvia Botella : Il y a de fait la question du public qui jaillit de la question de la représentation. Comment le sociologue appréhende t-il cette question-là ?

Éric : En effet, la question du public n’est pas extérieure au contenu des représentations : le destinataire fait partie du spectacle – de la performance. Je m’explique. Je pense à la controverse de Exhibit B de Brett Bailey (ndlr, créé au Kunstenfestivaldesarts à Bruxelles en 2012). Je suis intervenu à deux reprises. Une première fois, après avoir vu cette installation ou performance au Festival d’Avignon en 2013. Comme beaucoup de spectateurs, j’étais bouleversé, pas seulement par le spectacle de la cruauté raciste, mais par le regard des comédiens noirs, fixé sur les spectateurs… blancs. J’avais écrit un texte dans Libération : « La race, ça nous regarde » (en jouant sur le double sens de l’expression). Mon argument était que le public dans cette création qui parle de race se découvrait « blanc » ; il ne pouvait plus l’ignorer.

Un an plus tard, Exhibit B venait à Saint-Denis. La différence avec Avignon, c’est que le public de la Seine-Saint-Denis n’est pas uniformément blanc. La controverse éclatait, avec une mobilisation contre le racisme de cette « exhibition » par des noirs. En face l’incompréhension des autorités culturelles : « Brett Bailey est antiraciste ; comment pouvez-vous jugez un spectacle que vous n’avez pas vu ? » Autrement dit : « Vous ne comprenez rien à la culture ! » En effet, la plupart des manifestants noirs appartenaient souvent au monde de la culture, ou plutôt, ils s’y sentaient marginalisés – relégués aux marges. L’incompréhension rencontrée lors de la controverse allait redoubler ce sentiment d’exclusion.

Je suis donc intervenu une deuxième fois, dans Le Monde, pour analyser comment la polémique changeait la performance. Car, fait remarquable, le dispositif mis en place par Exhibit B inclut le spectateur. Il fait partie des matériaux qui composent ces tableaux vivants. La question du public n’est donc pas extérieure à l’œuvre. Il est légitime que le public qui participe à l’installation, intervienne et demande des comptes sur le rôle qui lui est assigné. « L’art aussi, ça me regarde ! » Ces questions politiques (ici, l’élitisme) ne sont donc pas extérieures à l’art ; elles y sont inscrites. On ne doit pas penser que le public est hors de l’art, sinon, il reste dehors…

La question du public me concerne aussi quand j’interviens en tant que sociologue. Je ne cherche pas à dire aux gens ce qu’ils pensent déjà. Je m’emploie à déplacer les questions, à les poser autrement qu’elles se posaient. Mon travail de sociologue consiste donc à proposer des représentations qui ne sont pas déjà installées, établies, fixées. Dire quelque chose d’un peu différent, ce n’est pas m’adresser à un public déjà constitué ; c’est vouloir apporter un questionnement un peu différent. Une manière différente de regarder, de se représenter les choses. Mais cela veut dire que le public est associé à ma réflexion. Ses incompréhensions et ses désaccords font partie de ce que j’essaie d’intégrer à ma pensée au moins autant que son approbation et sa complicité.

Ceci est vrai pour la sociologie, les arts de la scène, et la politique : il s’agit de faire en sorte que des gens puissent voir le monde d’une manière qui leur permette de comprendre ce qu’on raconte, d’entrer dans cette perspective, de partager cette représentation. Nos gouvernants ont tendance à croire qu’il faut faire des enquêtes de marché, qu’on appelle des sondages, pour ensuite répondre à la demande des « clients ». La politique démocratique, et aussi l’art démocratique me paraissent relever d’une logique inverse. Il faut plutôt aider à créer ce qui n’est pas encore là : un public nouveau constitué par une représentation politique ou artistique. D’où l’importance pour moi de faire le pari de l’intelligence du public. Les gens sont capables de comprendre ce que je raconte. Ce ne sont pas des imbéciles et il ne faut pas les prendre pour tels. Il y a donc une demande d’intelligence qui est aux antipodes du pari de ceux qui, à la télévision par exemple, croient que les gens ne veulent pas penser.