Bringing French Theatre to Princeton / Amener le théâtre français à Princeton

When you hear Princeton, New Jersey, “bastion of French culture” may not be the first thought that comes to mind. (In fact, according to the 2010 US Census, only 618 people were recorded as French speakers in the city, which has a population of 28,572.) However, should you happen to visit the Princeton University campus during a particular week in late September, you may have occasion to revisit that opinion, thanks to the Seuls en Scène French Theater Festival. 

Florent Masse, a senior lecturer at the university, originally from Lille, France, decided to create the festival as an opportunity to showcase the works of young, contemporary French theatremakers. With tickets to the festival free of charge, Masse hoped to create an opportunity for his French students to immerse themselves in the language outside of the classroom, saying, “Cultural immersion is extremely important for language studies.” Masse, who is also the festival’s artistic director and producer, likes to imagine that much later in his students’ lives, when they are doctors or lawyers, they will remember their exposure to French theatre, and be more receptive to this form of cultural exchange.

The first edition of the Seuls en Scène festival in 2012 was a four-day stretch of French solo shows by “emerging” artists from the Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique in Paris, from which the festival derived its name. (“Seuls en Scène” translates to “One Person Shows.”) Since then, the festival has blossomed into a nine-day program, this year presenting six projects from renowned artists, several of whom made their American debuts on the Princeton stage. Masse sees the festival as a means of opening the Princeton community towards the world, and vice versa. He is particularly satisfied to have the opportunity to put French artists in dialogue with one another, and with American audiences. 

A strong core audience developed over the course of the week, which created a sense of collective journey through the artistic works presented.

Audience members this year were comprised of a healthy mix of Princeton students, faculty and staff, and community members hungry for cultural entertainment—French and English speakers alike. Although most works were performed in French, they were made accessible to Anglophone audiences thanks to English supertitling. A strong core audience developed over the course of the week, which created a sense of collective journey through the artistic works presented, including common reference points and shared expectations of theater etiquette. 

Masse makes selections for the festival by keeping up with contemporary French theatre through attending festivals in France, networking, and following the career developments of graduates from the Conservatoire. He also pays attention to work that is being produced by the Institut Français all over the world and the French Institute Alliance Française in New York, particularly during their Crossing the Line Festival. So far, most of the artists presented have come from France rather than Francophone communities around the world, but Masse is interested in expanding the festival’s scope in that direction in years to come. 

performer being held up by audience members

Gonzo Conférence by Fanny de Chaillé. Photo courtesy of the Seuls en Scène French Theater Festival.

The festival has found increasing cohesiveness as the years have gone by. Masse was particularly proud of the fifth edition of the festival in 2016, where he felt the content really gelled for the first time. There was a symbiosis between the artists who attended, creatively feeding off each other as they got to know one another. Masse says this year’s programming selection had less obvious unifying themes than in previous years, although one throughline was that all the pieces presented were new creations, be they adaptations of pre-existing texts or original storytelling. This year’s lineup included works in a wide range of completion, from a staged reading of a brand new English translation by Chris Campbell of David Lescot’s Dough; to Fanny de Chaillé’s Gonzo Conférence, which premiered eleven years ago in Paris; to David Geselson’s 2016 piece, Doreen, an immersive adaption of André Gorz’s novel Lettre à D. starring Geselson and Laure Mathis. Each piece uniquely interrogates contemporary social issues; in brief, Dough looks at money, Gonzo Conférence at celebrity, and Doreen at intimacy. 

a performer sings onstage, accompanied by a guitarist.

Portrait de Ludmilla en Nina Simone by David Lescot, featuring Lescot and Ludmilla Dabo. Photo courtesy of the Seuls en Scène French Theater Festival.

The festival opened with a condensed version of Harlem Quartet, which premiered in France in November 2017. Directed by Elise Vigier, who also adapted the English text with the help of Kevin Keiss, this all-too-timely story takes us back to James Baldwin’s Harlem as depicted in his 1979 novel Just Above My Head. The beauty and singularity of this show, for me, lies in its tenderness, particularly in moments such as the recounting of the younger brother’s first gay sexual experience, narrated in extreme close-up video portraits by the actors, as a celebration of black queer love. The play is rich like a novel, exhausting in its detail and intimacy. 

Harlem Quartet was presented in conjunction with Portrait de Ludmilla en Nina Simone by David Lescot, featuring Lescot and Ludmilla Dabo. The show was commissioned by the Comédie de Caen as part of Lescot’s time as artist in residence there. He describes it as a “sung portrait,” and, as such, it is an enjoyable, educational, formal experiment, weaving Nina Simone’s biography with an experience Dabo had, as a student at the French theatre conservatory, confronting racism. 

three people in blazers talking onstage

Harlem Quartet, directed by Elise Vigier. Photo courtesy of the Seuls en Scène French Theater Festival.

From the Seuls en Scène offering this year (as well as David Geselson’s latest work, Silence and Fear, which had a workshop presentation at Harlem Stage this summer), I have been pondering contemporary white French theatre artists’ attraction to representing black American culture on stage. My best hypothesis is that black American culture is the most easily identifiable and exportable American culture, given its wealth of artistic offerings in music, dance, theatre, visual arts, storytelling, and cuisine, as well as dramatic stories of protest and revolution from the civil rights movement (and throughout the history of the United States, for that matter). Black American artists like Baldwin, Simone, and Josephine Baker found refuge in Paris at the height of their careers, escaping the American brand of racism at home, which perhaps contributes to contemporary French artists’ familiarity with their work. There was a symbiosis between the artists who attended, creatively feeding off each other as they got to know one another.

In certain moments, the presentation of these two pieces as part of Seuls en Scène felt exploitative, or at the very least a display of cultural appropriation, particularly in the tone of Portrait de Ludmilla en Nina Simone. Given Dabo and Lescot’s cultural remove from the history and gravity of Simone’s lived experience, I wonder if it does her story a disservice to present it without more context, namely examining France’s own history of colonization and racial oppression. In Harlem Quartet, Baldwin’s words resonate so poignantly all these decades later, calling out both overt and internalized racism. And yet it felt somewhat tokenizing to have Masse proudly point out in his curtain speech the rarity of this all-black cast for a French theatrical work, with fewer than a dozen people of color in the audience to engage with it. This is not to say that France isn’t (finally) engaging in its own racial dialogue, but I am left with questions about the place of white French artists telling black American stories, and the particular resonances that cultural distance benefits from and potentially abuses. While Masse made no mention of the programming significance or intentionality of opening this year’s festival with these two performances, the effect was notable.

a group of women standing under fairy lights

Claire, Anton et eux by François Cervantes. Photo courtesy of the Seuls en Scène French Theater Festival.

Given Masse’s longstanding relationship with the Conservatoire in Paris, it was a natural choice to invite François Cervantes’ Claire, Anton et eux to perform in this year’s edition. In this youthful and deeply personal piece, fourteen recent Conservatoire grads told stories from their lives (akin to Ping Chong’s Undesirable Elements series), peppering the audience with facts and family lore in a highly choreographed manner. In Princeton’s university context, these vignettes performed by the next generation of French actors felt particularly pertinent to the festival’s objective of cultural exchange. 

Masse’s current goal for Seuls en Scène is to arrive at its ten-year anniversary in 2021. While he doesn’t anticipate the size of the festival growing substantially from its current format, given the constraints of its setting at Princeton, he hopes to grow in other directions—both in terms of audience and artists. Most of all, Masse is tremendously grateful for the opportunity to share his culture, through theatre and language, with American audiences, and provide a hub for Francophone and Francophile audience members to hear a familiar tongue onstage.

In France, Masse says, “We have tools of cultural diplomacy, which is why we see so many French shows touring abroad.” Here in the United States, where less government money is invested in the arts overall, not to mention in cultural diplomacy, perhaps the exposure to French theatre on a local stage at Seuls en Scène may prompt audience members to see more clearly the value of their taxpayer dollars being allocated to the National Endowment for the Arts.

Regardless of any political or ideological agenda, Seuls en Scène is providing a unique opportunity for North American theatregoers to take in contemporary offerings from French and Francophone stages. As the conduit bringing French theatre to North American audiences, I believe Masse deserves a good old fashioned, “Bravo!” 

***
en français:

Quand on entend Princeton, New Jersey, “un bastion de la culture française” n’est probablement pas la première pensée qui vient à l’esprit. (En fait, selon le recensement des Etats-Unis en 2010, seulement 618 personnes étaient enregistrées comme francophones dans la ville, dont la population était 28 572.) Par contre, si on se trouve au campus de Princeton University pendant une semaine particulière vers la fin du septembre, il est fort possible qu’on aurait l’occasion de réviser cet avis, grâce au festival du théâtre français Seuls en Scène.

Florent Masse, professeur d’ universites à l’origine de Lille, France, a décidé de créer ce festival en tant qu’opportunité de présenter des œuvres de jeunes gens actuelles de théâtre français. En offrant gratuitement les billets du festival, Masse souhaite faire immerger ses étudiants de français dans la langue en dehors de la salle de classe. Masse dit : « L’immersion culturelle est extrêmement importante pour les études de langue. » Masse, qui est également directeur et producteur du festival, aime imaginer que beaucoup plus tard dans les vies de ses étudiants, quand ils seront médecins ou avocats, ils se souviendront de leur exposition au théâtre français et seront plus réceptifs à cette forme d’échange culturelle.

 

La première édition du festival Seuls en Scène en 2012 était une affaire de quatre jours de spectacles seul en scène crées par des artistes « émergeants » de la Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique à Paris, dont le festival a dérivé son nom. Depuis, le festival s’est transformé en programme de neuf jours, présentant cette année six projets, y inclus plusieurs premières américaines, par des artistes connus. Masse voit le festival comme un moyen d’ouvrir la communauté de Princeton vers le monde et vice versa. Il est particulièrement content d’avoir la chance de mettre des artistes français en dialogue entre eux et aussi avec le public américain

Un public fort s'est développé au cours de la semaine, ce qui a créé un
sentiment de cheminement collectif à travers les œuvres artistiques
présentées.

Les spectateurs cette année – francophones comme anglophones – étaient compris d’un mélange d’étudiants, faculté et personnel de Princeton et membres de la communauté cherchant un divertissement culturel. Bien que la plupart des pièces sont joués en français, elles étaient rendues plus accessibles aux spectateurs anglophones grâce au sous-titrage anglais. Un public fixe a développé au long de la semaine, ce qui a créé le sens d’un voyage collectif à travers les œuvres artistiques présentées, y compris des points de référence en commun et une politesse de théâtre partagée.

Masse fait ses sélections pour le festival en suivant la scène française contemporaine par des festivals en France, en se faisant des relations et en suivant les carrières des anciens étudiants du Conservatoire. Il suit également le travail qui est présenté par l’ Institut Français partout dans le monde et le French Institute Alliance Française à New York, surtout pendant leur Festival Crossing the Line. Jusqu’à présent, la plupart des artistes présentés sont venus de France, plutôt que de communautés francophones partout dans le monde, mais Masse s’intéresse à élargir le champ du festival dans ce sens à l’avenir.

Ce festival est devenu de plus en plus cohésif au long des années. Masse était particulièrement fier de la cinquième édition du festival en 2016, où il sentait que le contenu a vraiment pris forme pour la première fois. Il y avait une symbiose entre les artistes qui sont venus, qui se nourrissaient de façon créative les uns des autres pendant qu’ils se connaissaient. Masse dit que la sélection des pièces cette année avait des thèmes unifiants moins évidents, quoi que toutes les pièces présentées étaient des nouvelles créations, soit des adaptations des textes déjà écrits, soit des narratives originales. La programmation de cette année a inclus des pièces dans une grande gamme de complétion, d’une lecture sur scène d’une nouvelle traduction anglaise par Chris Campbell de Dough de David Lescot; à Gonzo Conférence de Fanny de Chaillé, ce qui a eu sa première à Paris il y a onze ans; à Doreen, un travail de David Geselson qui date de 2016 figurant lui-même et Laure Mathis, ce qui était une adaptation immersive de Lettre à D., un roman d’André Gorz. Chaque pièce interroge uniquement des polémiques contemporaines sociales ; en bref, Dough examine l’argent, Gonzo Conférence, la célébrité, et Doreen, l’intimité.

a performer sings onstage, accompanied by a guitarist.

Portrait de Ludmilla en Nina Simone by David Lescot, featuring Lescot and Ludmilla Dabo. Photo courtesy of the Seuls en Scène French Theater Festival.

L’ouverture du festival a présenté une version condensée d’Harlem Quartet, qui a eu sa première en France en novembre 2017. Mis en scène par Elise Vigier, qui a aussi adapté le texte anglais avec l’aide de Kevin Keiss, cette histoire trop opportune nous enporte à l’Harlem de James Baldwin, comme il l’a dépeint dans son roman de 1979 Just Above My Head. La beauté et la singularité de cette pièce, pour moi, se trouve dans sa tendresse, particulièrement dans les moments comme la récitation du frère cadet de sa première expérience sexuel gai, dit dans des portraits vidéos extrêmement close-up, comme une célébration de l’amour des noirs gais. Cette pièce est riche comme un roman, fatiguant dans son détail et son intimité.

Harlem Quartet a été présenté en tandem avec Portrait de Ludmilla en Nina Simone de David Lescot, y figurant Lescot et Ludmilla Dabo. Le spectacle a été commandé par le Comédie de Caen pendant la période où Lescot y était un artiste en résidence. Il le décrit comme « un portrait chanté », et en tant que, il est une expérience formelle amusante et éducative. Lescot mélange la biographie de Nina Simone avec une expérience avec le racisme que Dabo a eu pendant qu’elle était étudiante au conservatoire du théâtre français.

three people in blazers talking onstage

Harlem Quartet, directed by Elise Vigier. Photo courtesy of the Seuls en Scène French Theater Festival.

D’après la proposition de Seuls en Scène cette année (ainsi que le travail le plus récent de David Geselson, Silence et peur, ce qui a eu une présentation d’atelier à Harlem Stage cet été), je réfléchis souvent sur le désir des artistes blancs français contemporains de présenter la culture noire américaine sur la scène. Ma meilleure thèse, c’est que la culture noire américaine est la culture américaine la plus facile à identifier (et alors à exporter), étant donné sa richesse artistique dans les domaines de la musique, de la danse, du théâtre, des arts visuels ,  de la cuisine, ainsi que des histoires dramatiques de la manifestation et de la révolution du mouvement pour les droits civiles (et de plus, tout au long de l’histoire des Etats-Unis). Les artistes noirs américains comme Baldwin, Simone et Josephine Baker au sommet de leurs carrières se sont réfugiés à Paris pour échapper au racisme américain chez eux, ce qui pourrait contribuer à la familiarité des artistes français contemporains avec leurs œuvres.

Aux moments donnés, la présentation de ces deux spectacles dans le cadre de Seuls en Scène sentait opportuniste, ou au moins une démonstration de l’appropriation culturelle, particulièrement dans le ton de Portrait de Ludmilla en Nina Simone. Etant donné la distance culturelle de Dabo et Lescot de l’histoire et la gravité de l’expérience vécue de Simone, je me demande si on fait du tort à son histoire de le présenter sans plus de contexte, spécifiquement en examinant l’histoire française de la colonisation et de l’oppression raciale. En Harlem Quartet, les mots de Baldwin résonnent tant de décennies plus tard en allant droit au but, en critiquant le racisme ouvert et intériorisé. Cependant, Masse qui annonçait avec fierté avant le spectacle la rareté de cet ensemble tout-noir pour un travail de théâtre français, avec moins qu’une douzaine de gens de couleur dans le public pour y assister. Ce n’est pas pour dire que la France n’est pas (enfin) en train de s'interroger elle-même sur le sujet du racisme, mais j’ai toujours des questions sur la place des artistes blancs français pour raconter des histoires noires américaines et les résonances particulières dont cette distance culture bénéficie et abuse, potentiellement. Bien que Masse n’ait pas mentionné la signification de la programmation ou bien l'intentionnalité de l’ouverture du festival cette année avec ces deux performances, l’effet s’est produit, quand même.

a group of women standing under fairy lights

Claire, Anton et eux by François Cervantes. Photo courtesy of the Seuls en Scène French Theater Festival.

Etant donné la relation à long terme de Masse avec le Conservatoire à Paris, c’était un choix naturel d’inviter Claire, Anton et eux de François Cervantes à performer dans au festival cette année. Dans cette pièce juvénile et très intime, quatorze étudiants du Conservatoire récemment diplômés ont raconté des histoires de leurs propres vies (similaire à la série de Ping Chong, Undesirable Elements), en lançant des faits et des histoires familiales vers le public dans une manière très chorégraphique. Dans le contexte universitaire de Princeton, ces vignettes – jouées par la prochaine génération des comédiens français – étaient particulièrement pertinentes à l’objectif du festival de l’échange culturelle.

Le but de Masse pour Seuls en Scène à présent, c’est d’arriver à la dixième édition en 2021. Cependant il ne s’attend pas que la taille du festival s’élargisse considérablement de son format actuel, étant donné les contraints de son site à Princeton, il espère de voir la croissance dans d’autres directions, pour le public et les artistes. Surtout, Masse est extrêmement reconnaissant de la chance de partager sa culture à travers le théâtre et la langue avec le public américain et de fournir un centre pour des spectateurs francophones et francophiles d’entendre une langue familière au plateau.

En France, Masse dit, « On a des outils de la diplomatie culturelle, ce qui est pourquoi on voit tant de spectacles français à l’étranger. » Ici aux Etats-Unis, où moins d’argent est investi dans les arts en général, sans mentionner la diplomatie culturelle, peut-être que le contact avec le théâtre français sur un plateau à Seuls en Scène pourra pousser les spectateurs à voir plus clairement la valeur de l’allocation de leurs impôts pour le National Endowment for the Arts.

Quel que soit l’agenda politique ou idéologique, Seuls en Scène offre une chance unique pour les spectateurs nord-américains de voir les créations contemporaines des scènes français et francophones. Je crois qu’en tant d’intermédiaire qui amène le théâtre français au public nord-américain, Masse mérite un fort « Bravo ! »

Bookmark this page

Log in to add a bookmark

Interested in following this conversation in real time? Receive email alerting you to new threads and the continuation of current threads.

subscribe

Comments

0
Add Comment
Newest First