fbpx Knowing It’s Time to Go / Savoir quand partir | HowlRound Theatre Commons

Knowing It’s Time to Go / Savoir quand partir

A Conversation on Passing the Torch of Artistic Leadership / Discussion sur le passage du flambeau de la direction artistique  

Lire en français

David Dower: We’re both leaving our leadership positions—you as the artistic director and co-executive director at Montreal’s Festival TransAmériques, me as artistic director at Boston’s ArtsEmerson—in the period of pandemic, remote work, and lockdowns. How are you doing with that?

Martin Faucher: It’s not the way I planned to leave the festival. I planned to travel last summer, to say farewell to everyone. But it didn’t go like that, not at all. I announced to the Festival TransAmériques board that I was leaving in December 2019. I told them 2021 would be my last one. It was before the pandemic. And I made my decision two summers ago, so for me it was a twenty-four month timeline.

David: I had a similar amount of time to plan for leaving my role with ArtsEmerson. Almost eighteen months ago, I talked to my executive director, David Howse, and the two of us spent more than a year planning my exit before we were able to speak about it publicly. What did the length of your timeline do for you?

Martin: It’s hard to say because I planned the 2020 edition and the 2021 edition of the festival in an aesthetic way. But since last April, we’ve been in a state of emergency, so I can’t answer in the right way what you’re asking me. Of course I’m thinking about my future. I don’t know, I’ll be back on the freelance market as a theatre director, but now is the worst time to be a freelancer… So I don’t know.

David: I can hear that it’s emotional for you, Martin. It’s the same for me. There’s a kind of grief that we haven’t been able to mark and it’s showing up here in talking to you. In March of last year, I knew I was going to be announcing that I was leaving, but I thought I was doing one more season with people in the theatres, and with my staff in our offices, and that we were going to be a community together. And with the onset of the pandemic, we went home in March 2020 thinking we would be back in a few weeks, so we didn’t say as we were leaving, “I won’t see you again in person in this way.” It’s a hard thing to be leaving in a remote world.

Martin: Yeah, it’s a double or triple grief, because it’s a grief of what you’re doing, it’s the grief about the farewell because it’s a false or an abstract farewell. It’s quite strange.

David: And then there’s the isolation. Now when we hang up from a Zoom call, we are exactly alone. It’s so not what I had planned. But I noticed you didn’t change your plans.

Martin: It’s a bit delicate, but to be frank, last June I asked the board to stay for six months longer because I thought it would be helpful, just to make sure the 2022 edition would be okay, as well as in an artistic way, an organization way. And they told me no. They were already in their plans. At first, it wasn’t easy for me to accept, but after a while, I did.

martin faucher headshot

David: When I first talked with David Howse, the first thing he asked was, “I need to know that this is the timeline and it’s not going to change.” And I committed to that happily, not knowing what challenges were ahead. But once we had made that commitment to each other, that’s what we did. And I think, ultimately, ArtsEmerson’s very ready, and it’s a happy leaving. It’s not fraught in any way. But it does kind of put me in... I’m going out in a weird limbo.

Martin: Yeah, it’s the same for me. But I’m also leaving in a happy way, it’s my decision, I want to be engaged in something new. I knew it was the end of my cycle. I completed eight years as artistic advisor and seven years of co-executive director and artistic director. I was peaceful with that.

David: Are there projects that you’re heading to or are you going straight to freelance?

Martin: If things were normal, I would have had time ask the arts council for projects to be subsidized, but I don’t have time now. I refused one teaching proposition for next fall because, for me, it made no sense to teach young people about the future now.

David: I’m going on to another project, but I had the same thought about teaching. I’m excited by the people who are excited about the opportunities now, but I’m not inspired to make work that points towards the future of performance. I feel that’s another generation’s work. It’s their moment, in a way.

Martin: Strange moment, but their moment. We are living in an economic crisis, a values crisis. Everything is shifting, and it’s strange that it’s the right moment to quit because someone new will think about what’s next. I don’t know exactly which way the festival should go for the next few years. And I’m not the person to see what’s next.

We are living in an economic crisis, a values crisis. Everything is shifting, and it’s strange that it’s the right moment to quit because someone new will think about what’s next.

David: I’ve been having this conversation with a number of elders in the field who have been challenged to be optimistic or excited or even feel drawn to the changes you’re talking about. There’s a kind of resistance, a desire to go back to “normal,” which I put in quotes, because I don’t think that’s realistic. I have a feeling that if you’re not on fire for the next moment, it’s not your moment and you need to make space for the person who is on fire. We need to make space for that kind of brilliant confidence to come in and say, “No, this is the future and it’s better. I see it. I’m taking us there.” We can’t stand in the way of it.

As the transition was happening, I felt clearer and clearer that it was time for me to get out of the way of what’s next, support it, and set the institution up to succeed in the transition. But not to define it, because that’s other people’s to do. I feel it especially as a cis, straight, white man of a certain age. We’ve had the mic for a long time and something else is calling. No matter how big an ally I am, I’m still me. You and I have talked about this in the past, this sort of balance between the artistic responsibility and the activist responsibility, and I was wondering where you were on that now given where the culture has gone.

Martin: The balance between activism and aesthetic is very delicate. For me, the Festival TransAmériques is, first, an artistic festival. And contemporary. It’s important to say we have to speak in a contemporary, aesthetic language. So someone is from another field, or is marginalized. Okay. Where is the artist in them? What does the artist have to say? And does that artist say it in an exciting way, or in a social way?

I’m not a social worker or a politician. There is a bit of sociologist in me, or a strange mix of activist/politician, but above all, I am an artistic director. So my job is to look everywhere in Montreal or in Quebec, Canada and abroad, and at who’s next as artists. It’s not easy because there’s a mix of anxiety, of emergency, to be in a public space. Is the stage the only way to be in the public space? Is the stage the most valuable place to be? Now it’s not easy for me to say. I’m not sure. The white man that I am (whenever I want or not) sometimes says, “I don’t think the show is good. I don’t think you’re a good artist.” It’s a bit taboo to say that. It’s a bit heavy.

David: Yeah. I understand the limitations of my own gaze on it. When I say, “Oh, you’re a good artist. This work translates. I understand it, I want to put that on stage because it’s ready for the public space and it’s necessary,” I’m bringing with me a whole bunch of assumptions that are based in all of the time I’ve spent, all the travel I’ve done, all of the rehearsal I’ve done, and it’s led me to my own set of what I have to admit at the end of the day are just my opinions. That’s part of what it was for me about the leaving: Have my opinions been helpful in my capacity to build an institution or to build an audience? Do my opinions still lead to making a relevant offering to the communities I am working in? I’m successful there and I know that and am confident with that, but I also have to accept that my particular gaze is personal, and it’s maybe not the gaze that’s needed for the next step in ArtsEmerson’s evolution.

No matter how much I might say I’m going to keep up the same sense of commitment to the art and its impact in the city, I am not going to be, ever, a person who can see outside myself what might also be art, what might also be necessary, and what might also be the future, that’s not necessarily speaking to, for, or through me. So I felt really confident about leaving but, like you, always uncomfortable with that sense that, well, there is art, and there is activism, and there is such a thing as rigor, and there is such a thing as urgency to be heard, like representation or visibility. All of those things are true, but somewhere in there, there’s art. And I’m calling these things that.

Part of my leaving was, ultimately, feeling like I have said enough. In thirty years, I’ve said this is art. I’ve defined it for myself and that’s defined it for others. So it was time to say, “Someone else take the mic. I want to see what you have to say.”

In thirty years, I’ve said this is art. I’ve defined it for myself and that’s defined it for others. So it was time to say, “Someone else take the mic. I want to see what you have to say.”

Martin: I hope for the next six months I just look at art for myself, just to see what is going on. Because no, it’s not easy to change a gaze. It’s not easy to discover, you have to either go or not go, you have to choose. And if you’re not going, it could means you’re against something. I want to see a lot of fringe, small shows and new artists, without the weight of judgment. And to see what I’ll discover in a free way. It’s exciting because if I like it or don’t, it won’t have any impact on anything.

David: That’s a small thing that people don’t really factor into these kinds of roles. I hadn’t really thought about that. It’ll be the first time in thirty-plus years where I can go to the theatre without any sense of obligation toward it.

Martin: Yeah. I have nothing to buy. I have nothing to sell. I have nothing to promote. I have nothing to promise. I have nothing to do. Only to see and to look at.

David: What would you say to people who are trying to figure out if it’s time to leave? What did you find important for the organization or for yourself about what you did over the last eighteen months?

Martin: The first thing is to be peaceful with yourself. If you don’t leave in a crisis, it’s a time just to be peaceful. I say that but it’s not easy for me because I doubt. Sometimes I tell myself, Martin, you’re leaving the biggest dance theatre festival in Canada. Is it a mistake? What will be the next challenge? But I know it’s the right decision.

David: Did people’s jobs or any of the staff structure change as a result of you leaving, or is the structure of the festival the same and they’re able to replace one person?

Martin: I had a long conversation with David Lavoie, my co-executive director and the festival’s administrative director, because I am co-executive director and artistic director. I told David if we have a new person, it’s too much work to be both. So the structure is changed. For the next year, David will be the only executive director, and after a year they will nominate the artistic director to become co-executive director. It will be a two-step nomination. But for the rest of the team, nothing has changed.

David: David Howse and I have been co-leaders of the organization, 100 percent shared leadership. But I came into the organization as the director of artistic programs when the founder, Rob Orchard, was still running it. I reported to Rob. Now that I’m leaving, we decided ArtsEmerson should go back to that structure and then David can decide at whatever point he feels comfortable to return to the shared leadership structure. It’s too hard to hire a co-equal partner right off the bat and know that’s going to work.

Martin: If it’s too soon, the next artistic director will suffocate. It will be too heavy.

David: Or that sense of shared vision hasn’t developed yet and you’ll start going in different directions. What’s worked for us is that David and I have 100 percent shared values and vision for the organization, so we can make shared decisions easily, but it’s unusual to find that level of collaboration in a search process.

Martin: It took almost two years for us to be on the same page. My David is fifteen years younger than me and is coming from the fringe scene. For the first two years, sometimes it was a bit harsh to say to each other, “No, I don’t agree. No, it’s not the way I think we have to deal with this or that.” So it took two years, but over that two years, we wrote a strategic plan. And after that, it was the beginning of the easy way to work. It’s not easy to build something like that with a new person. We have to be patient.

David: How’s your team doing with all the transition?

Martin: People in the artistic department, they’re sad. They’re a bit anxious. Because they know I am in the path of Marie-Hélène Falcon, the founder, I succeeded her. I’m the youngest of a kind of old school, and they know it will be quite different. They’re wondering will it be okay with the next artistic director? Will we share the same vision of things? The way of working together?

David: We’ve worked hard on developing a culture of shared values where everyone can speak the language of the organization and understands what part they’re playing in accomplishing its mission and the values. Part of why I felt it was okay to leave was because the organization feels complete now, it can absorb whatever shock is created when I go.

I’m curious to see what happens after the hire. It feels to me that if the hire’s right, it will only amplify why everyone is there. I think the hiring process will be about finding the right fit for everybody and not just hiring a new vision that is exciting. We don’t have a board, so the current staff will be very close to that process.

Something I would say to anybody coming into this kind of role now is that you’re building a narrative that is structured over years and to not be in a rush for people to see the full story.

Martin: Do you fear the next person will destroy something or will spoil something?

David: I don’t have that fear. I have a different fear, and that is because we sit inside of Emerson College, so we report to the president of the college, Lee Pelton. Lee has been there as long as I’ve been there and just announced his plans to move on. We exist, we have freedom, because of his sponsorship, advocacy, and clarity about the role of the professional arts in the campus setting. What it does for the city, what it does for the students. He’s very, very clear on why ArtsEmerson is at the college. And if the next hire in his position lacks that same sense of clarity or commitment, then it’ll be a different story, I think.

David and I were working hard to make sure that enough of the College’s trustees and the rest of the college administration understood us and could hold some weight with us if we needed it. That we had donors and funders around us who could support the organization so it wasn’t a financial drain on the institution, and that we had standing in the community for our art. We’ve been trying to make ArtsEmerson inevitable in the city of Boston, just like the Boston Ballet and the Boston Symphony Orchestra. No one will let the ballet or the symphony go down. We tried to move ArtsEmerson into that position so that it’s not all dependent on that single leader at the top.

You know, part of how I knew it was time to leave is because I am a director and I have had the experience of creating a show and then going to every performance, giving notes, and creating a mess of something that was beautiful. I knew we had reached the opening night of ArtsEmerson, and it was time for me to stop giving notes. I have a great ensemble. They are soaring in their roles. All they need is for me to leave the room and stop giving directions.

two people posing for a photo seated in front a marbled grey background

Martin: So when borders open again, perhaps you’ll be back in Montreal in your new role at Les 7 Doigts?

David: I will. I’ll be in and out of Montreal. When I arrived at ArtsEmerson, the first show on stage was a 7 Doigts show. So it’s all like a big homecoming. I lived in San Francisco for twenty years, and the day we left in 2006, I told my wife, “Don’t worry, we will be back.” It took fifteen years, but we are back in San Francisco.

Martin: It’s a beginning and, yet, not.

David: Exactly. I don’t know about you, but I feel like this is the last thing I’m going to make, so to have it be one that completes a full circle feels really good.

Martin: I don’t know what will be the last one for me.

David: It sounds like it will be your directing career, right? You’re going to put your energies into building your life as a director. Because you’ve been in the world between theatre and dance, and in the presenting side of things. I find it all-consuming to build an organization.

Something I would say to anybody coming into this kind of role now is that you’re building a narrative that is structured over years and to not be in a rush for people to see the full story. It’s going to take years for you to understand what you’re doing in this context as an artistic leader, let alone for the audience to see it, but it will build. You can’t do your whole story in one year. You don’t even know who you are in the first chapter.

Martin: And when you do that, you make a personality for the organization, like you did for ArtsEmerson and I did for the Festival TransAmériques. When other people speak about the Festival TransAmériques or ArtsEmerson, they speak about something invisible or mysterious, and it’s hard for them to put exact words on that, but you speak about them like a person. The next person will have their own energy, and you have to respect that and to discover that, and to improve that.

David: Zelda Fichandler, who founded Arena Stage, where I worked before coming to ArtsEmerson, told me when I got there, “An institution is like a play or a story. It has a through line, and when you come into an institution you have to understand where you are in the story and maintain that through line. Otherwise you’ve got a broken organization, but really it’s a broken story. You’ve got the narrative with a spine that’s broken.” And I’ve always felt that. So when I took over from Rob, I knew that my job was to figure out how to make the story in my voice, but that it was a continuation of the story he started. I think we’ve accomplished that. And now with David Howse, he and I are singing the same song anyway, so he’s going to be able to take it on into his chapters of the story, but it will be the same through line.

****

David Dower : Nous allons tous les deux quitter notre poste de direction — toi, comme codirecteur général et directeur artistique du Festival TransAmériques de Montréal, moi, comme directeur artistique du ArtsEmerson de Boston — en période de pandémie, de télétravail et de confinement. Comment te sens-tu par rapport à ça ?

Martin Faucher : Je n’avais pas prévu quitter le festival de cette façon. J’avais prévu voyager l’été dernier, dire au revoir à tout le monde. Ça ne s’est pas passé comme ça, pas du tout. J’ai annoncé en décembre 2019 au conseil d’administration du Festival TransAmériques que j’allais quitter mon poste. Je leur ai dit que 2021 serait ma dernière année. C’était avant la pandémie. J’avais pris ma décision il y a deux étés, ce qui donnait un échéancier de 24 mois.

David : J’avais un délai semblable pour préparer mon départ du ArtsEmerson. Il y a près de 18 mois, j’ai discuté avec mon directeur général, David Howse, et nous avons planifié ensemble mon départ pendant plus d’un an avant de pouvoir l’annoncer publiquement. Comment as-tu vécu cet échéancier ?

Martin : Difficile à dire, car j’ai planifié l’édition 2020 et l’édition 2021 du festival de manière esthétique. Mais depuis avril dernier, nous sommes en situation d’urgence. Je ne peux pas bien répondre à ta question. Évidemment, je pense à mon avenir. Je ne sais pas, je pourrais travailler à la pige comme metteur en scène au théâtre, mais c’est le pire moment actuellement pour être travailleur autonome... Alors, je ne sais pas.

David : Je vois que d’en parler te rend émotif, Martin. C’est la même chose pour moi. Il y a une sorte de deuil que nous n’avons pas pu vivre et il se manifeste maintenant qu’on en discute ensemble. L’an dernier en mars, je savais que j’allais annoncer mon départ, mais je croyais que j’allais faire une dernière saison avec un public au théâtre, et avec mon équipe dans nos bureaux, et que nous allions créer une communauté ensemble. Au début de la pandémie en mars 2020, nous étions à la maison et nous pensions pouvoir nous retrouver quelques semaines plus tard. Nous n’avons pas pris le temps de nous dire au revoir en personne. C’est difficile de se dire au revoir à distance.

Martin : Oui, c’est un double ou triple deuil. Il y a le deuil du poste que l’on quitte et le deuil de l’au revoir, car c’est un au revoir faux, abstrait. C’est très étrange.

David : Et il y a l’isolation. Quand nous terminons un appel Zoom, nous nous retrouvons seuls. Ce n’est tellement pas ce que j’avais prévu. Mais j’ai remarqué que tu n’as pas changé ton plan initial.

Martin : C’est un peu délicat pour être honnête. En juin dernier, j’ai demandé au conseil d’administration de rester en poste six mois de plus. J’ai pensé que ce serait utile afin de nous assurer que l’édition 2022 se déroulerait bien, d’un point de vue artistique et organisationnel. Ils ont refusé. Ils avaient déjà leur propre plan. Sur le coup, ça n’a pas été facile d’accepter leur réponse, mais après un certain temps, je l’ai accepté.

martin faucher headshot

David : La première fois que j’ai discuté avec David Howse de mon départ, il m’a dit « J’ai besoin de connaitre ton échéancier. Confirme-moi que ça ne changera pas en cours de route. » J’ai confirmé l’échéancier avec plaisir, sans savoir les défis qui m’attendaient. Mais une fois engagés un envers l’autre, nous avons suivi le plan. Je crois que, ultimement, ArtsEmerson était prêt et que c’était un heureux départ. Tout s’est bien passé. Mais ça me met un peu dans... Je me sens dans des limbes étranges.

Martin : C’est la même chose pour moi. C’est tout de même un heureux départ, car c’était ma décision. J’aimerais m’engager dans de nouveaux projets. Je savais que c’était le temps de passer à autre chose. J’ai été conseiller artistique pendant huit ans et codirecteur général et directeur artistique pendant sept ans. Je suis en paix avec ma décision.

David : As-tu des projets que tu aimerais réaliser ou tu offriras tes services comme travailleur autonome dès maintenant ?

Martin : En temps normal, j’aurais déposé une demande de subvention au Conseil des arts, mais je ne crois pas avoir le temps. J’ai refusé une offre d’enseignement pour l’automne prochain. Selon moi, ça ne fait pas de sens d’enseigner l’avenir aux jeunes en ce moment.

David : De mon côté, j’ai un projet en attente, mais j’ai eu la même réflexion au sujet de l’enseignement. Les personnes allumées par des opportunités m’allument, mais je ne suis pas inspiré pour réaliser des projets en lien avec le futur de la performance. Je sens que c’est un défi pour la prochaine génération. C’est à eux de saisir ce moment, dans un sens.

Martin : Moment étrange, mais leur moment. Nous vivons une crise économique, une crise de valeurs. Tout est en train de changer et c’est étrange que ce soit le bon moment de quitter un poste, de se dire que la prochaine personne pourra penser à l’avenir. Je ne sais pas quelle direction devrait prendre le festival dans les prochaines années. Et ce n’est pas à moi de le faire.

Nous vivons une crise économique, une crise de valeurs. Tout est en train de changer et c’est étrange que ce soit le bon moment de quitter un poste, de se dire que la prochaine personne pourra penser à l’avenir.

David : J’ai eu cette conversation avec certains vétérans du domaine qui ont été mis au défi d’être optimistes ou excités ou même de se sentir attirés par les changements dont tu parles. Il y a une certaine résistance, une envie de revenir à la « normale ». Je mets un bémol sur le mot « normal », car je ne crois pas que ce soit réaliste. J’ai le sentiment que si on ne se sent pas passionné par rapport à l’avenir, il vaut mieux laisser la place à quelqu’un qui a ce feu intérieur. On doit laisser la place à des personnes confiantes et brillantes qui diront « Non, voici l’avenir, et ce sera meilleur que le passé. Je le vois. Je vais vous y amener. » Qui sommes-nous pour nous y opposer ?

Pendant ma transition, il devenait de plus en plus évident à mes yeux que c’était le moment de me retirer et laisser l’avenir prendre sa place, soutenir l’organisation dans cette transition. Mais ce n’est pas à moi de définir l’avenir. En tant qu’homme blanc cis hétéro d’un certain âge, je sens que c’est la tâche d’une autre personne. Il est temps de passer le micro, nous l’avons eu assez longtemps. Je peux être un allié de taille tout en gardant mon identité. Toi et moi avons déjà discuté de ce sujet dans le passé, cet équilibre entre la responsabilité artistique et la responsabilité militante en tant que directeurs artistiques. Je me demandais où tu te situes, compte tenu de ce qu’est devenue la culture.

Martin : L’équilibre entre l’activisme et l’esthétique est très délicat. Selon moi, le Festival TransAmériques est, d’abord et avant tout, un festival artistique. Et contemporain. C’est donc important de parler dans un langage contemporain et esthétique. Quelqu’un vient d’un autre domaine, ou est marginalisé ? OK. Qui est l’artiste en lui ou elle ? Qu’est-ce que l’artiste a à dire ? Est-ce que l’artiste s’exprime d’une manière passionnée, ou d’une manière sociale ?

Je ne suis pas travailleur social ou politicien. Je suis un peu sociologue, ou un mélange étrange de politicien et d’activiste, mais avant tout, je suis directeur artistique. Mon travail est donc de chercher à Montréal, au Québec, au Canada ou à l’étranger et découvrir de nouveaux artistes. Ce n’est pas facile, car être dans un espace public crée un mélange d’anxiété et d’urgence. Est-ce qu’être sur scène est la seule manière d’être dans un espace public ? Est-ce qu’être sur scène est l’endroit le plus valorisant ? Ce n’est simple pour moi de répondre. Je ne suis pas certain. L’homme blanc que je suis (bien malgré moi, que je le veuille ou non) pense parfois « Je ne crois pas que le spectacle est bon. Je ne crois pas que tu es un bon artiste. » C’est un peu tabou de dire ça. C’est un peu lourd.

David : Oui. Je comprends les limites de mon propre regard. Quand je dis « Oh, tu es un bon artiste. Ce projet se concrétise. Je le comprends, je veux le mettre en scène parce qu’il est prêt pour le public et qu’il est nécessaire », mes paroles sont teintées d’hypothèses basées sur tout mon passé, tous les voyages que j’ai faits, toutes les répétitions que j’ai faites. Et tout ça ne m’amène finalement qu’à dire mon opinion, je dois l’admettre. Ça fait partie de la réflexion au sujet de mon départ : Mes opinions m’ont-elles aidé à bâtir une organisation ou développer un public ? Mes opinions me guident-elles encore afin de proposer une offre pertinente aux communautés dans lesquelles je travaille ? J’ai du succès ici et je suis en confiance, mais je dois aussi accepter que mon propre regard est personnel. Ce n’est peut-être pas le regard dont ArtsEmerson a besoin pour franchir la prochaine étape de son évolution.

Peu importe à quel point je continue de dire que je vais maintenir le même engagement envers l’art et son impact sur la ville, je ne serai jamais une personne qui peut voir autrement que par mon regard ce qui pourrait aussi être de l’art, ce qui pourrait aussi être nécessaire et ce qui pourrait aussi être l’avenir, car ça ne parle pas nécessairement à, pour, ou à travers moi. Alors je suis à l’aise avec ma décision de partir. Mais, comme toi, je suis toujours inconfortable avec ce sentiment qu’il y a l’art, il y a l’activisme, que la rigueur existe, mais qu’il y a aussi une urgence à être entendu, par de la représentativité ou de la visibilité. Tous ces éléments sont vrais, et à travers tout ça, il y a l’art. Et j’appelle tout ça de l’art.

Une partie de la raison de mon départ était que, ultimement, je sentais que j’avais assez parlé. Pendant 30 ans, j’ai dit « Ceci est de l’art ». J’ai défini l’art pour moi-même et pour les autres aussi. Alors il était temps de dire « Allez, prenez le micro. Je veux entendre ce que vous, vous avez à dire. »

Pendant 30 ans, j’ai dit « Ceci est de l’art ». J’ai défini l’art pour moi-même et pour les autres aussi. Alors il était temps de dire « Allez, prenez le micro. Je veux entendre ce que vous, vous avez à dire. »

Martin : Pour les six prochains mois, j’espère ne consommer de l’art que pour moi-même, juste pour voir ce qui se passe. Parce que non, ce n’est pas simple de changer son regard. Ce n’est pas simple de découvrir, tu dois faire le choix d’y aller ou non. Et si tu n’y vas pas, ça peut vouloir dire que tu es contre quelque chose. Je veux voir beaucoup de petits spectacles marginaux et de nouveaux artistes, sans le poids du jugement. Et voir ce que je pourrais découvrir librement. C’est excitant, car que j’aime ou non, ça n’aura aucun impact sur rien.

David : C’est un détail auquel les gens ne pensent pas au sujet de ce genre de poste. Je n’y avais pas vraiment pensé. Ce sera la première fois en plus de 30 ans que je pourrai assister à un spectacle sans aucun sens de l’obligation.

Martin : Oui. Je n’ai rien à acheter. Je n’ai rien à vendre. Je n’ai rien à promouvoir. Je n’ai rien à promettre. Je n’ai rien à faire. Juste voir et regarder.

David : Que dirais-tu à une personne qui essaie de savoir si c’est le bon moment pour partir ? Dans les 18 derniers mois, qu’as-tu trouvé important de faire pour toi-même ou l’organisation ?

Martin : Le plus important, c’est d’être en paix avec soi-même. Si tu ne pars pas en pleine crise, c’est le moment d’être en paix. Je dis ça, mais c’est difficile pour moi, car je doute. Parfois, je me dis « Martin, mais pourquoi quittes-tu le plus important festival de danse et théâtre au Canada ? Fais-tu une erreur ? Quel sera le prochain défi ? » Mais je sais que c’est la bonne décision.

David : La structure du personnel ou les rôles des personnes vont-ils changé à la suite de ton départ, ou pourront-ils te remplacer sans changer la structure du festival ?

Martin : J’ai eu une longue conversation avec David Lavoie, mon codirecteur général et le directeur administratif du festival, car je suis codirecteur général et directeur artistique. J’ai dit à David que les deux rôles demanderaient beaucoup de travail à une nouvelle personne. La structure a donc changé. Pour la prochaine année, David sera le seul directeur général. Dans un an, le nouveau directeur artistique prendra aussi le rôle codirecteur général. C’est une nomination en deux temps. Par contre, rien de change pour le reste de l’équipe.

David : David Howse et moi avons été codirecteurs de l’organisation à parts égales. Mais j’étais directeur des programmes artistiques à mon arrivée et le fondateur, Rob Orchard, était à la tête de l’organisation. Rob était mon supérieur. Maintenant que je pars, nous avons décidé que ArtEmerson devrait retrouver cette structure. David pourra décider à quel moment il se sent confortable de partager la direction à nouveau. C’est trop difficile d’engager un partenaire à parts égales sans savoir comment ça se passera.

Martin : Si ça arrive trop vite, le nouveau directeur artistique suffoquera. Ce sera trop lourd.

David : Ou une vision commune ne se sera pas encore développée et ça ira dans toutes les directions. David et moi partageons la même vision et les mêmes valeurs concernant l’organisation, alors il est facile de prendre des décisions ensemble. Un tel niveau de collaboration est rare avec une nouvelle personne.

Martin : Ça nous a pris deux ans avant d’être sur la même longueur d’onde. Mon David a 15 ans de moins que moi et vient d’une autre génération artistique. Les deux premières années, c’était difficile de dire parfois « Non, je ne suis pas d’accord. Non, ce n’est pas la façon dont nous devrions aborder ceci ou cela . » Ça aura pris deux ans, mais au bout de ces deux ans, nous avons rédigé un plan stratégique. Ensuite, ce fut le début d’une méthode de travail facilitante. Ce n’est pas simple de bâtir quelque chose du genre avec une nouvelle personne. Il faut être patient.

David : Comment se sent ton équipe par rapport à la transition ?

Martin : Les gens du département artistique sont tristes. Ils sont un peu anxieux. Ils savent que je succède à Marie-Hélène Falcon, la fondatrice. Ils savent que je suis le plus jeune d’un genre de vielle-école, et ils savent que ce sera différent. Ils se demandent « Comment ce sera avec le nouveau directeur artistique ? Aurons-nous la même vision des choses ? La même manière de travailler ensemble ? »

David : Nous avons travaillé fort afin de développer une culture d’entreprise avec un langage commun et des valeurs communes, ainsi qu’une compréhension du rôle à accomplir de chaque personne dans cette mission. Une des raisons pourquoi j’étais à l’aise de quitter est parce que l’organisation semble complète maintenant, elle peut absorber les éventuels chocs après mon départ.

Je suis curieux de voir ce qui se passera avec mon successeur. Je crois que si la prochaine personne est la bonne, elle pourra amplifier la mission de tout le monde. Je crois que le processus de dotation servira à trouver la bonne personne pour tout le monde, et non pas juste de trouver une nouvelle vision passionnée. Nous n’avons pas de conseil d’administration, alors le personnel sera mis à contribution dans ce processus.

Si je connaissais quelqu’un qui commence dans un rôle similaire, je lui dirais que tu dois bâtir une narration et une structure sur plusieurs années et ne pas te presser à présenter toute l’histoire au début.

Martin : As-tu peur que la prochaine personne détruise ou gâche quelque chose ?

David : Je n’ai pas cette peur. J’ai une autre peur, car ArtsEmerson fait partie de Emerson College et nous devons rendre des comptes au président du collège, Lee Pelton. Lee est en poste depuis aussi longtemps que moi et il a annoncé son départ récemment. Nous existons et nous sommes libres grâce à son parrainage, son plaidoyer et sa clarté par rapport au rôle des arts professionnels sur le campus, ce qu’apporte ArtsEmerson à la ville, ce qu’apporte ArtsEmerson aux étudiants. Lee est clair, très clair, sur les raisons d’être du ArtsEmerson au sein du collège. Si la personne qui lui succédera n’a pas la même clarté ou le même engagement, ce sera une autre histoire, je crois.

David et moi avons travaillé fort pour nous assurer qu’un nombre suffisant d’administrateurs du collège et que le reste de l’administration du collège nous comprennent et puissent se ranger de notre côté si nous en avions besoin. Pour nous assurer que nous étions appuyés par des donateurs et des bailleurs de fonds pour soutenir notre organisation afin de ne pas devenir un drain financier et pour nous assurer que notre art était appuyé par la communauté. Nous avons tenté de faire du ArtsEmerson un incontournable pour la ville de Boston, tout comme le Boston Ballet et le Boston Symphony Orchestra. Personne ne laisserait tomber le ballet ou l’orchestre symphonique. Nous avons tenté d’élever ArtsEmerson à cette position afin que l’organisation ne soit pas dépendante que du collège.

Tu sais, j’ai su qu’il était temps de partir en partie parce que je suis un directeur. J’ai l’expérience d’avoir créé un spectacle, assisté à chaque performance, donné des remarques et gâché quelque chose qui était beau au départ. Je savais que nous étions maintenant à la soirée d’ouverture du ArtsEmerson et qu’il était temps que j’arrête de donner des remarques. J’ai un ensemble incroyable. Tout le monde brille dans leur rôle. La seule chose qu’il me reste à faire est de quitter la salle et arrêter de les diriger.

two people posing for a photo seated in front a marbled grey background

Martin : Quand les frontières seront ouvertes à nouveau, reviendras-tu à Montréal dans ton nouveau rôle chez Les 7 doigts ?

David : Oui, je viendrai quelques fois à Montréal. Quand j’ai commencé à ArtsEmerson, le premier spectacle sur scène, c’était Les 7 doigts. Alors je reviens aux sources, en quelque sorte. J’ai habité à San Francisco pendant 20 ans. Quand nous sommes partis en 2006, j’ai dit à ma femme « Ne t’inquiète pas, nous allons revenir. » 15 ans plus tard, nous sommes de retour à San Francisco.

Martin : C’est un nouveau départ, mais pas tout à fait.

David : Exactement. Je ne sais pas comment ça se passe pour toi, mais je sens que ce sera mon dernier projet professionnel. Que ce projet semble compléter un cycle me fait sentir vraiment bien.

Martin : Je ne sais pas quel sera le dernier pour moi.

David : J’ai l’impression que ce serait en lien avec ta carrière en direction, non ? Tu mettras tes énergies à bâtir ta vie en tant que directeur. Tu as été partie prenante dans le monde du théâtre et de la danse et du côté de la performance. Bâtir une organisation demande beaucoup d’efforts selon moi.

Si je connaissais quelqu’un qui commence dans un rôle similaire, je lui dirais que tu dois bâtir une narration et une structure sur plusieurs années et ne pas te presser à présenter toute l’histoire au début. Ça prendra des années afin de comprendre ton rôle comme directeur artistique dans ce contexte et laisser les spectateurs le découvrir, mais ça arrivera. Tu ne peux pas raconter ton histoire en une seule année. Tu ne comprends même pas qui tu es au premier chapitre.

Martin : Et quand tu prends bien le temps, tu développes une personnalité pour l’organisation, comme tu as fait avec ArtsEmerson, et comme j’ai fait avec le Festival TransAmériques. Quand les gens parlent du Festival TransAmériques et du ArtsEmerson, ils parlent de quelque chose de mystérieux ou invisible. C’est difficile de trouver les mots justes, mais c’est comme parler d’une personne. Nos successeurs auront leur propre énergie et nous devons la respecter, la découvrir et l’améliorer.

David : Zelda Fichandler, fondatrice de Arena Stage, où j’ai travaillé avant ArtsEmerson, m’a déjà dit un jour « Une organisation, c’est comme une pièce de théâtre ou une histoire. Il y a une ligne narrative et quand tu arrives dans l’organisation, tu dois comprendre où tu te situes dans l’histoire et conserver cette ligne narrative. Sinon, tu as une organisation défaillante, mais en réalité, c’est une histoire défaillante. La colonne vertébrale de ta ligne narrative est brisée. » Je me suis toujours rappelé ses propos. Quand j’ai succédé à Rob, je savais que je devais découvrir comment raconter l’histoire à ma manière, mais que c’était une continuation de l’histoire qu’il avait commencée. Je crois que nous avons réussi. Et maintenant que David Howse et moi chantons la même chanson, il est en mesure de reprendre la même histoire et ajouter ses propres chapitres tout en conservant la même ligne narrative.

Bookmark this page

Log in to add a bookmark
Thoughts from the curators

The US and Canada are in the middle of an unprecedented turnover of artistic leadership in the nonprofit theatre. This series aims to put a range of voices, issues, and ideas in play that can inform and reflect this historic changeover. 

The Changeover

Interested in following this conversation in real time? Receive email alerting you to new threads and the continuation of current threads.

subscribe

Comments

0
Add Comment

The article is just the start of the conversation—we want to know what you think about this subject, too! HowlRound is a space for knowledge-sharing, and we welcome spirited, thoughtful, and on-topic dialogue. Find our full comments policy here

Newest First